2000 : À boire ou à conserver, un très grand vin.
2001 : Très bel équilibre pour ce vin entre le boisé et la structure tannique. Pour « Péché du Roy », nous apprécions particulièrement le côté légèrement toasté, vanillé. Très belle réussite pour un millésime délicat au départ. A boire.
2002 : Le boisé encore dominant ainsi qu’une structure tannique très puissante demandent encore quelques années de garde.
2005 : Parmi les plus grands millésimes que nous ayons vinifié. Equilibre parfait, fruité, charnu, rond. GRAND VIN. A garder.
2006 : La matière et la profondeur de la robe nous rappellent le millésime 2005. Cependant les tanins relativement fermes, qui caractérisent ce millésime vont demander quelques années pour se fondre.
2007 : Ce vin d’une grande délicatesse, dans la mesure où l’on aime les vins jeunes et fruités, élégant et plein de subtilité. Il peut se boire dès aujourd’hui.
2008 : Après une saison viticole particulièrement délicate due au climat capricieux, mais grâce à une fin de saison très ensoleillée, on considère que ce millésime 2008 est miraculé.
En effet la robe d'une belle profondeur et la volupté de ses tanins rendent ce vin harmonieux et prometteur. A garder.
2009 : La couleur grenat et noire de sa robe annonce déjà un vin de caractère qui se présente expressif et complexe au nez, s´ouvrant sur des flaveurs fruitées puis toastées. De belle constitution, ce "Péché du Roy" 2009 se caractérise par un volume important en bouche, avec des tanins suaves, longs et très élégants. A consommer sur le fruit.
2010 : Paré d'une couleur vive et très éclatante, d'une robe pourpre et profonde, Péché du Roy 2010 s'annonce comme un millésime d'exception. La bouche ample et riche avec des tanins puissants mais enrobés lui confère une sensation de volupté et de longueur. Le boisé légèrement exotique complète parfaitement cette harmonie.
2011 : (primeur) La couleur intense présente des reflets violacés. Le nez certes boisé dégage des notes de fuit rouges. Vin raffiné et délicat grâce à une vendange menée à pleine maturité. Voisin des 2010 par sa matière, mais plus délicat, riche mais sans excès, le malbec cette année encore exprime toute sa subtilité avec des tanins ronds et légèrement épicés. Péché du Roy 2011 se révèle gourmand, suave, fondu dans la lignée des millésimes élégants.